Deux navires dans la même forme de Radoub

30 avril 2021 à 06:53

 

C’est une première depuis 20 ans, le PRCN a reçu deux navires dans la forme 1 de 176 mètres de long. A la manœuvre Thierry Dumas, ses cinq agents et son chef d’équipe soit sept personnes dans l’équipe de Philippe Texier qui gère le service Infrastructures Maritimes dans le périmètre de la Direction des Infrastructures dirigée par Nicolas Menard.

Thierry Dumas a une connaissance approfondie des navires de par son expérience dans la construction navale chez Gamelin. Accueillir un navire dans une forme de radoub « c’est millimétré » rappelle Thierry Dumas alors deux navires cela relève du défi. En l’occurrence les deux navires concernée sont le « GASCOGNE » et le « PIERRE LOTI ». Navires déjà connus du PRCN. Tout le succès est dans la préparation en amont des opérations, c’est ce que rappelle  de Thierry qui travaille à l’aide du logiciel de dessin Auto-CAD pour positionner le calage du navire dans les formes de radoub. La préparation a lieu une semaine avant l’entrée des navires avec le  positionnement des tins par les équipes en fonction des plans des navires. Les opérations ne sont pas les mêmes en fonction des formes de coque des navires. On parle d’attinage pour les coques à fonds plats et d’accorage pour les coques en forme avec une quille. Le nombre et la position des tins sous les navires dépendent de leurs formes et de leurs poids. Les tins utilisés pour le GASCOGNE supportent une charge de 50 tonnes. 37 tins ont dû être installés pour  supporter les 1 100 tonnes de ce navire. Pour ne pas endommager sa coque, les tins sont recouverts de bois, d’abord en AZOBE, bois dur imputrescible d’origine africaine et recouvert de sapin, plus souple permettant de compenser quelques irrégularités.

Concernant cette opération elle a été facilitée par la différence de tirant d’eau des deux navires: le GASCOGNE 3,20 m et le PIERRE LOTI pour 1,70m. L’attinage effectué sur ces navires diffère de celui de l’Hermione qui est un navire avec une coque en forme que l’on doit accorer et qui sera très prochainement en forme 2.

Afin d’optimiser le temps de vidange de la grande forme qui est d’environ 5h30, les deux navires ont dû entrer en cale sèche la veille de leurs mise au sec. Cette anticipation a permis de repositionner le bateau porte et de descendre de 4 mètre le niveau d’eau dans la forme 1. Le jour de l’assèchement les plongeurs interviennent pour vérifier avant l’échouage des navires, le contact de leurs coques sur les calages. Une fois que l’échouage des navires est validé par les plongeurs, le redémarrage des deux pompes de vidange peut être réalisé pour finir d’assécher la forme et la nettoyer.

Après cette prestation de précision, effectuée par Thierry et son équipe, les entreprises locales peuvent intervenir sur les navires : LECAMUS, AIS, SETA, AMP, etc…