Regards sur la campagne céréalière 2020/2021

14 décembre 2020 à 14:05

Tout le monde s’accorde pour dire que la campagne céréalière 2020/2021 n’aura aucune commune mesure avec celle de 2019/2020.

Si au niveau du blé la qualité est au rendez-vous en France, ce n’est pas le cas au niveau de la quantité.

La récolte de blé tendre est en baisse de 25% en France et de 13% pour l’ensemble de l’Union Européenne, mais en baisse de plus de 40% dans l’hinterland du Port de La Pallice.

Les exportations européennes de blé tendre ne devraient pas dépasser 24 MT contre 36 MT lors de la campagne 2019/2020.

L’offre par contre explose au niveau mondial ; la Russie se positionne avec 81 MT dont 37,5 MT  disponibles à l’export. Concernant les pays acheteurs, la hiérarchie devrait être identique. La Chine continue d’occuper le rôle moteur.

En France, au niveau des exportations, Rouen reste le premier port devant La Rochelle. Rouen est également le second port européen derrière le roumain Constanţa. Le premier opérateur à Rouen est le Groupe Sénalia.

A La Rochelle, second port céréalier de France deux opérateurs sont présents : le Groupe Sica Atlantique et le Groupe Soufflet via sa filiale Socomac.

Cette baisse en France se traduira, vraisemblablement, par une diminution, à La Rochelle , du tonnage global du GPMLR compte tenu du fait que les céréales représentent à fin octobre, 43% du trafic global du port.

Infographie : Journal de la Marine Marchande 26 novembre 2020. Article « Le marché des céréales  » signé Myriam Guillemaud-Silenko