Bois et Produits Forestiers

16 juin 2014 à 20:13

« Les trafics s’élaguent », c’est le titre de couverture du JMM (Journal de la Marine Marchande) du 30 mai 2014 qui consacre un dossier complet sur cette filière en Europe. cette diminution pèse fortement sur le devenir de la filière bois et produits forestiers. La situation est mondiale et les ports français n’y échappent pas avec une baisse globale des importations de bois de 9%, analyse avec détail Hervé Deiss dans son éditorial.

Deux pôles français structurent cette filière : HAROPA (Le Havre/Rouen) et la façade Atlantique avec les ports de La Rochelle, Rochefort, Nantes et Bordeaux. Plusieurs causes expliquent ce ralentissement :

  •  La concurrence des autres matériaux de construction,
  • Les  pressions écologiques des ONG sur les importations,
  • L’impact du règlement Européen RBUE qui détermine les conditions d’accès des bois tropicaux.

Les ports européens sont examinés dans ce dossier. En France, Dunkerque perd pratiquement son trafic de bois en 2013, Rouen maintient sa position avec 422 700 T alors que Caen-Ouistreham a subit de plein fouet la crise de 2008. Brest surprend en exportant des grumes en direction de la Chine sur un tonnage conséquent. Lorient a une place anecdotique dans cette filière; Nantes-Saint Nazaire a perdu beaucoup à cause de la disparition des grumes mais reprend des couleurs par l’importation du bois de chauffage.

Bordeaux reste stable avec « les pellets en ligne de mire », quant au Port de Bayonne, il a longtemps bénéficié des conséquences de la tempête Klaus de 2009, mais aujourd’hui la source se tarit. Sète a été fortement pénalisé par l’embargo sur les bois du Libéria et n’arrive pas à retrouver une dynamique dans cette filière.

« La Rochelle résiste à l’érosion des trafics » titre le JMM. Ce port reste au premier en France pour l’importation des produits forestiers avec 860 000 T en 2013 réparties entre 202 000 T de bois d’origine africaine et de pays et 658 000 T de pates à papier. Soit une progression globale de 10% par rapport à l’année 2012. Tendance générale, les grumes de bois tropicaux ont très fortement chutées : 46 700 T en 2013 contre 182 300 T en 2003.

Un atout pour cette filière, une forte implantation industrielle (contreplaqués) dans le marais poitevin; cependant ces industries vont progressivement réorienter leurs approvisionnements pour ne pas dépendre uniquement des bois du Gabon et vont donc s’approvisionner de nouveau avec le peuplier.

Autre difficulté de la filière la conteneurisation, principalement pour les bois transformés en provenance du Brésil et d’Asie. Débarquant au Havre, la difficulté est de les rapatrier par voie maritime sur La Rochelle. La problématique d’un « common feeder » est en cours d’étude pour trouver une solution à ces retours qui à ce jour se font en majorité par la route.

0001_JMM4929_P1_COUV

0011_JMM4929_P11_026