Tour d’horizon des différentes filières sur le Port de La Rochelle

19 juin 2020 à 10:15

Chapitre 4 :  Filières granulats et produits du BTP

Mathieu LERAT, DTM et Daniel CONTURIE SABLIMARIS apportent leurs éclairages sur les granulats, Ahmed MANSOURI , EQIOM pour les produits cimentiers :
Pour Mathieu Lerat, « Pour ce qui est des activités extractives, tombée à « 0 » au 16 mars, la demande des terminaux à progressivement augmentée en pente régulière jusqu’à dépasser les prévisions budget à partir de la troisième semaine de mai.
La demande visant à maintenir ou refaire des stocks au début du printemps atteint désormais presque les limites techniques tant au niveau des rotations des navires en propre et affrétés que des capacités d’accueil et traitement des réceptionnaires.


Il y a donc une nette reprise du BTP tant sur l’Atlantique que sur la Manche, même si les prévisions sont assez peu lisible et les perspectives pour 2021 encore trop incertaines.
Côté maritime, les armateurs ont pu bénéficier d’un accompagnement régulier et pertinent de leur ministère de tutelle, la question la plus difficile à résoudre restant celle des relèves de marins à l’étranger ».
Daniel Conturie de son côté précise
«Je partage l’analyse de Mathieu sur la forte reprise d’activité du BPE sur la façade Atlantique.
L’activité Sables Marins étaient quasiment à l’arrêt au début du confinement, mi-mars, puis à très progressivement redémarré sur avril, au fur et à mesure que nos clients bétonniers et négociant rouvraient leurs portes.
Compte tenu de nos faibles capacités de stockage et de l’absence de visibilité, nos sites ont adapté leur activité/production, chaque semaine, en fonction des évolutions de la demande du marché.
Depuis début mai, nous constatons une véritable reprise d’activité à 100%
Depuis mi-mai, les ventes journalières de granulats et sables marins sont même supérieures à nos standards de ventes dans cette période, on peut l’interpréter par :
– Une volonté des entreprises du BTP de repartir de l’avant
– Une appropriation/adaptation des mesures gestes barrières sur les chantiers
– Un effet « rattrapage » des chantiers retardés et mis en stand-by dans les 1eres semaines de l’épidémie
Cette suractivité génère également des tensions de production, que ce soit sur l’activité des navires ou sur les capacités de production de nos outils terrestres.
Cependant, plusieurs acteurs du secteur redoutent un second semestre 2020 plus compliqué, car depuis la crise, il y a peu d’appel d’offre et les carnet de commandes de nos clients peinent à se remplir pour la rentrée de septembre ».
Enfin , pour Ahmed Mansouri « A l’annonce présidentielle du confinement la quasi-totalité des chantiers du BTP se sont arrêtés. Une lente reprise s’est effectuée avec les petits chantiers à partir de fin avril. Les outils de production ont été quasi arrêtés pendant 5 semaines , les approvisionnements de clinker ont été stoppés durant 2 mois. L’organisation du site a été régulièrement adapté pour suivre l’évolution du marché et permettre à nos clients de fonctionner.
Les volumes ont augmentés à partir de mi mai et le volume d’activité actuel est encore légèrement en deçà des prévisions.
Nous observons toutefois une forte disparité en fonction des régions, le marché Vendéen revenu à son niveau normal a mieux résisté alors que le marché sur l’aquitaine n’a pas encore repris les volumes habituels.
L’activité actuelle est porté par les chantiers qui avaient été interrompu avec le confinement mais nous avons très peu de visibilité sur la fin de l’année , et estimons que le marché du BTP va se contracter « .

@www.courseapied-larochelle-iledere.fr