Industrie 4.o

31 août 2019 à 19:00

 

A l’occasion des universités d’été de la fondation E5T, s’est tenue une table-ronde sur l’industrie du futur, autrement appelée  » industrie 4.0 « .

Participaient à cette table-ronde, Denis SIMONNEAU, Délégué Général aux Relations Institutionnels chez L’Oréal, Sébastien ESCAGUES, consultant chez ENEA, Anthony NAHAS, Directeur d’Ecoblock Projetc (BERKELEY), Edouard CAZAMAJOUR, Directeur de l’Accompagnement du Changement chez Suez, Michel DEDEVET, Secrétaire Général d’ENEDIS et Alain BEGHIN, Directeur technique chez SPIE Batignolles.

L’industrie 4.0 fait référence à la nouvelle génération d’usines qui est en train d’éclore grâce aux objets connectés, à l’intelligence artificielle, au big data et à une robotisation renforcée.


D’un point de vue historique, le monde industriel a connu plusieurs révolutions : la première au milieu du 18e siècle a donné naissance à la production mécanique grâce aux machines à vapeur, la seconde à la fin du 19e siècle a fait de la production de masse une réalité avec l’énergie pétrolière, puis électrique. La troisième révolution industrielle a été celle de la production automatisée, qui a transformé le monde à partir des années 1970 en incorporant toutes les nouvelles technologies informatiques, robotiques, électroniques et des communications.
Aujourd’hui, une quatrième révolution se profile à l’horizon, celle de l’industrie 4.0, qui va permettre cette fois de passer à une production sur mesure et personnalisée des produits, de préférence en maintenant les coûts de production et de vente au niveau actuel. Pour cela, les industriels vont avoir plusieurs outils innovants à leur disposition : le cloud, la modélisation 3D des usines, l’impression 3D des produits, l’intelligence artificielle, les robots collaboratifs, et bien entendu l’Internet des objets (IoT).
En Allemagne, l’industrie « du futur » ou l’industrie 4.0 est considérée comme un projet stratégique. Le pays est déterminé à conserver son leadership dans le domaine industriel et voit dans cette nouvelle révolution un défi qu’il faut absolument relever.
Du côté des entreprises Françaises, les groupes Fives, Dassault Systèmes, Airbus, Schneider Electric sont à la pointe sur le sujet.
Les risques sont nombreux sur un site industriel. Pour se prémunir de ces risques et garantir la santé et la sécurité des travailleurs, ainsi que la protection de l’environnement, des réglementations ont été rédigées et définissent un cadre. En France, entre le Code de l’environnement, les arrêtés ministériels et les arrêtés préfectoraux, un site industriel est soumis à plus de 400.000 textes (source : Armand Gilly Directeur du développement de la société Ealico) qui évoluent régulièrement (environ 25000 évolutions par an)
Le respect strict des réglementations permet de s’appuyer sur un cadre sécuritaire qui a été éprouvé empiriquement. Les nouvelles technologies permettent d’agir dans ce cadre en simplifiant le quotidien des responsables techniques et HSE, ainsi qu’en facilitant la collaboration entre différentes parties prenantes.
Parmi elles, le cloud computing est en quelque sorte la colonne vertébrale de l’industrie 4.0 puisqu’il devient possible de disposer de l’information, n’importe où, et d’interagir entre différents systèmes.
A retenir, la présentation du projet Ecoblock de l’université de BERKELEY lancé à Oakland en Californie. Ce programme de recherche appliquée est centré sur la rénovation urbaine. Il vise à tester l’hypothèse selon laquelle la rénovation menée à l’échelle du « block » (quartier résidentiel) est plus efficace qu’à l’échelle de l’habitat individuel grâce à la mise en commun des flux et aux gains d’efficacité qu’elle génère.
Un projet pilote sera conçu et construit dans le quartier de Golden Gate, dans le Nord-Ouest d’Oakland. Son objectif est de tester une plateforme de traitement et de réutilisation de l’énergie, de l’eau et des eaux usées et de déterminer un processus de rénovation à l’échelle du « block » hautement efficace et économique, qui pourrait être reproduit partout ailleurs. Plus d’infos : https://www.fondation.veolia.com/fr/rehabiliter-ecologiquement-un-habitat-residentiel-d-un-autre-age
Autre fait marquant: l’industrie 4.0 a permis à 38 des 42 sites de production du Groupe L’Oréal d’atteindre la neutralité Carbone.