Séminaire mobilités durables E5T

14 novembre 2018 à 08:48

Comment nous déplacerons-nous demain ? Quels modes de transports de nos marchandises ? Comment convaincre les territoires d’agir pour favoriser une mobilité alternative ? Comment réduire les émissions de CO2  dans le secteur des transports ? Autant de questions et sujets dont nous ne pourrons faire l’économie si nous voulons réussir les transitions écologiques énergétiques et numériques. La mobilisation du 17 novembre en est une preuve de plus, que l’on soit pour ou contre.

150 personnes ont assisté mardi 13 novembre dernier au séminaire sur la mobilité durable dans les territoires, organisé par la Fondation E5T et l’école d’ingénieur EIGSI de La Rochelle. L’objectif ? Défendre une mobilité et des transports durables dans la transition énergétique, en montrant comment les acteurs (entreprises, collectivités, associations, citoyens) s’emparent du problème dans les territoires. Car il y a urgence. Chaque année en France, 48000 personne meurent prématurément à cause de la pollution atmosphérique. Il est donc grand temps d’agir, c’est un enjeu de santé publique et de lutte contre le dérèglement climatique. La bonne nouvelle est que de nombreuses solutions existent. Que ce soit pour les hommes et pour les marchandises. L’arrivée du covoiturage dans nos vies, l’existence de transports collectifs dans nos territoires et l’essor de motorisations alternatives (Hydrogène à Atlantech, future station GNV/GNL de Picoty à La Pallice).

La Rochelle n’a pas à rougir de son bilan en matière de mobilité: les premières rues piétonnes en 1973, les premiers vélos en libre-service en 1976, la première journée sans voiture en 1997, les véhicules électriques en 1998 et le bus de mer à hydrogène en 2018 montrent que notre territoire possède un ADN fortement marqué par le développement durable. Il appartiendra à la candidature « La Rochelle, territoire zéro carbone » du territoire Rochelais de poursuivre en ce sens. A commencer par la communauté portuaire Rochelaise qui ne manque pas d’arguments. La preuve ? La présence d’un certain nombre d’acteurs de notre place portuaire autour d’une table-ronde sur le transport de marchandises (maritime, routier, fluvial, aérien) animée par François Soulet de Brugière (Président du conseil de surveillance du Grand Port Maritime de Dunkerque) et réunissant notamment Thierry HAUTIER (Président de la CCI de La Rochelle et du Grand Port Maritime de La Rochelle) et Pascal COURTHEOUX (Commandant à Port Atlantique La Rochelle). Outre les réflexions sur l’hydrogène avec l’agglomération de La Rochelle et le parc bas-carbone d’Atlantech et la future station de Pictoty, un prochain plan de déplacements inter-entreprises et la volonté de déployer des bornes de recharges pour les véhicules électriques alimenteront la participation active de la nôtre communauté en faveur des mobilités de demain.

A l’occasion d’un discours devant les élus du Groupement des autorités responsables de transport (GART) le 13 septembre 2017, Elisabeth Borne a insisté sur l’ambition très forte du gouvernement en matière de transition écologique dans les transports – un secteur qui selon elle rentre dans sa troisième révolution (après le train au 19e siècle et l’automobile au 20e siècle), celle « de la mobilité autonome, connectée, partagée, et propre. En route !