La Grande Histoire vue de la MER

5 janvier 2018 à 09:36

« Qui tient la mer tient la terre« , Christian Buchet nous raconte dans son livre  « La grand histoire vue de la mer« , l’importance passée et future de la relation des nations à la mer. La mer est  « le moteur de l’histoire, l’accélérateur du développement économique et du rayonnement politique à l’échelle du monde » (1).

Traditionnellement l’histoire de l’humanité vue de la terre, des nations, se découpe en quatre périodes : l’Antiquité, le Moyen Age, l’Epoque Moderne (XVI-XVIII) et l’Epoque Contemporaine. Ce découpage centré sur l’Occident reste imparfait car il néglige les réalités historiques d’autres zones géographiques comme l’Asie ou l’Océanie. Alors que l’espace marin est un trait d’union et l’espace, par excellence, des échange qu’ils soient d’ordre commercial, culturel, scientifique.

Vu du côté de la mer ces 4 périodes se regroupent en deux temps :

  • Le temps de la Méditerranée: il correspond aux périodes Antique et Médiévale. Elle ouvre de manière forte le commerce des marchandises,
  • Le temps de l’Atlantique: il s’ouvre entre 1 488 et 1 492, par dans un premier temps la découverte du Cap de Bonne Espérance qui ouvrit une route maritime vers l’Orient et, dans un second temps, l’atteinte de l’Inde par Vasco de Gama, donnant une primauté économique du monde Atlantique.

Christian Buchet, insiste sur le fait que ceux qui se tournent vers la mer tiennent les clefs du succès et de la réussite; regarder vers la mer c’est comprendre l’histoire du monde et regarder l’avenir avec optimisme.

Paradoxalement la France dotée de quatre façades maritimes (Manche, Mar du Nord, Atlantique et Méditerranée) est restée « vissée à la terre comme un bernique à son rocher ». Aujourd’hui nous vivons une période d’extraordinaires mutations qui entraine, il est vrai, une perte de repères.

C’est dans ce contexte que s’ouvre le troisième temps de l’histoire, le temps du Pacifique (celui de l’ OCEANOTEMPORAIN) qui signifie tout à la fois que nous avons quitté la période contemporaine et que l’Océan, entendu comme Océan Mondial, en est la matrice. Fondée sur la fluidité, la connectivité ou, pour le dire en un mot, la MARITIMITE, avec elle s’achève définitivement la primauté des puissances de l’espace Atlantique. La période se voit marquée par la reprise en main, par l’espace asiatique(la Chine) de sa destinée économique.

Cependant, bientôt les passages maritimes du Nord vont permettre à la vieille Europe et plus généralement aux puissances occidentales de participer pleinement au « Temps du Pacifique« .


(1) Jean-Louis Etienne Préface

Christian Buchet est Directeur scientifique du projet pédagogique et de recherche « OCEANIDES »